fr

LA TOLÉRANCE SELON L’UNESCO

Malgré la Déclaration officielle sur la tolérance signée par les états membres de l’UNESCO, il nous semble malheureusement évident – au travers de trop nombreux faits d’actualité tels que les appels aux lynchages en Afrique et au Moyen-Orient, l’élection de l’Américain Donald Trump et Rodrigo Duterte aux Philippines ou encore la loi anti-gay en Russie – que la notion de tolérance, indubitablement liée aux libertés individuelles, peine à retrouver ses valeurs. Sur ce point, rappelons la signification de la tolérance définie par l’UNESCO, l institution spécialisée de l’ONU :

“La tolérance est le respect, l’acceptation et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression et de nos manières d’exprimer notre qualité d’êtres humains. Elle est encouragée par la connaissance, l’ouverture d’esprit, la communication et la liberté de pensée, de conscience et de croyance. La tolérance est l’harmonie dans la différence. Elle n’est pas seulement une obligation d’ordre éthique ; elle est également une nécessité politique et juridique. La tolérance est une vertu qui rend la paix possible et contribue à substituer une culture de la paix à la culture de la guerre.”

“La tolérance n’est ni concession, ni condescendance, ni complaisance. La tolérance est, avant tout, une attitude active animée par la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d’autrui. En aucun cas la tolérance ne saurait être invoquée pour justifier des atteintes à ces valeurs fondamentales. La tolérance doit être pratiquée par les individus, les groupes et les Etats.”

“La tolérance est la clé de voûte des droits de l’homme, du pluralisme (y compris le pluralisme culturel), de la démocratie et de l’Etat de droit. Elle implique le rejet du dogmatisme et de l’absolutisme et conforte les normes énoncées dans les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme.”

“Conformément au respect des droits de l’homme, pratiquer la tolérance ce n’est ni tolérer l’injustice sociale, ni renoncer à ses propres convictions, ni faire de concessions à cet égard. La pratique de la tolérance signifie que chacun a le libre choix de ses convictions et accepte que l’autre jouisse de la même liberté. Elle signifie l’acceptation du fait que les êtres humains, qui se caractérisent naturellement par la diversité de leur aspect physique, de leur situation, de leur mode d’expression, de leurs comportements et de leurs valeurs, ont le droit de vivre en paix et d’être tels qu’ils sont. Elle signifie également que nul ne doit imposer ses opinions à autrui.”

Cette déclaration universelle qui lie la tolérance à la défense des droits de l’Homme les plus fondamentaux ne mérite-t-elle pas d’être défendue à tout prix ? Ce qui semble certain c’est que ce combat ne peut pas se mener sans l’union de tous ceux qui luttent pour la liberté : sans vous rien n’est possible, sans projet fédérateur, rien ne peut se faire.

Consulter également

L’ENFER DES PRISONS ÉGYPTIENNES POUR LES DÉTENUS GAYS ET TRANS

Derrière les murs des prisons égyptiennes, l’humanité des personnes LGBT est bafouée. Elles sont victimes …

MARADONA FACE À KADYROV, EXÉCUTEUR DES GAYS TCHÉTCHÈNES

GÉNOCIDE LGBT AUX FRONTIÈRES DE L’EUROPE Sous le prétexte de revendications de la communauté LGBT russe pour …

Laisser un commentaire