fr

ALAN TURING, L’HONNÊTETÉ DÉSHONORÉE (8/9)

Durant doute sa vie, Turing a toujours assumé son orientation sexuelle. Au point qu’il renonça à une promesse de mariage avec Joan Clarke, sa collègue et amie cryptologue qui travaillait avec lui à Bletchley Park. En effet, sous la pression des parents de celle-ci, Turing dans un premier temps avait accepté d’officialiser une liaison qui n’était que platonique. Mais tourmenté par la nature de ses sentiments profonds et par honnêteté morale, Alan Turing préféra faire son coming-out. Cette brutale révélation finit par être comprise par son amie qui sera toujours là pour le soutenir alors qu’il était publiquement ostracisé pour son homosexualité.

En 1952, sa maison de Manchester est cambriolée. Turing porte plainte notamment pour espérer récupérer la montre que lui avait laissé son père. Arrêté, le cambrioleur dénonce son complice qui lui avait indiqué l’affaire : Un ex-amant occasionnel de Turing. Ce dernier ne nie pas cette ancienne relation pensant que la police allait s’intéresser avant tout au délit dont il était la victime. Malheureusement Alan Turing se fourvoie puisque la Criminal Law Amendment Act (1885) – une sévère loi homophobe – va les inculper tous les deux d’« indécence manifeste et de perversion sexuelle ».

Consulter également

L’ENFER DES PRISONS ÉGYPTIENNES POUR LES DÉTENUS GAYS ET TRANS

Derrière les murs des prisons égyptiennes, l’humanité des personnes LGBT est bafouée. Elles sont victimes …

RETOUR DE L’ESCLAVAGE VISIBLE